Projet Pédagogique

Projet Pédagogique

I) INTRODUCTION

Dans le cadre de notre centre de loisirs, il nous est paru important que le projet pédagogique, une déclinaison du projet éducatif soit au service du territoire sur lequel nous intervenons en prenant en compte les nouveaux rythmes scolaires.
Notre projet doit s’inscrire dans une cohérence éducative à l’échelle du territoire, il prendra en compte les particularités locales afin de fonctionner avec son environnement.
Ce projet pédagogique est le fruit d’une réflexion conduite par l’ensemble de l’équipe d’animation.
Ce document va vous permettre de comprendre plus précisément l’accueil de loisirs et nos intentions éducatives et pédagogiques.

II) PRESENTATION DE L’ASSOCIATION

1 – La structure « Le centre de loisirs »

L’association « La Ronde des Bambins » est une association loi 1901. Elle a été créée en 1985 par un collectif de parents du quartier « Vaucelles » rive droite.

Son objectif était de créer un lieu d’accueil pour les jeunes enfants avec la participation active des parents. L’association souhaitait un mode de garde collectif favorisant l’épanouissement de l’enfant (autonomie de l ‘enfant et favoriser la socialisation…)

En 1986 ouverture d’une première garderie école « Venelle aux champs » et 10 autres garderies périscolaires ont été créées dans différentes écoles de Caen depuis cette date.

En 1989 création de l’accueil de loisirs sans hébergement, pour les enfants de 3 a 12 ans situé dans le quartier de Vaucelles, dans les locaux de l’école maternelle Lyautey et la même année, création de la crèche parentale « nuage ».

Depuis 2013 à la demande de la ville de Caen, une coordonatrice intervient sur 3 établissements sur les temps d’accueil périscolaire.

Le centre de loisirs est ouvert de 7h30 à 19h00 pour les mercredis et les vacances scolaires en journée ou en demie journée pour les enfants de 3 à 12 ans.

Les effectifs pour les mercredis sont de 60 enfants, les petites vacances 45 enfants et grandes vacances entre 60 à 75 enfants.

2 – situation géographique

Le centre de Loisirs se situe au sud de Caen, dans le quartier Vaucelles entre la prairie et le plateau de Vaucelles. Il est composé de sous quartiers :Le bas de Vaucelles, Branville, et le vieux cimetière.

Le siège de l’association est situé 9-11 Boulevard Lyautey (tél: 02 31 82 69 87).
Le centre de loisirs dans les locaux de l’école maternelle Lyautey 5 rue Auguste Lechesne.

La cartographie du quartier est délimitée au nord par l’orne au dessus de la prairie et du chemin de fer, à l’est par les rues de la gare, au sud par les boulevards Leroy et Lyautey.

L’environnement socioprofessionnel du centre
Ainsi, dans l’ensemble des quartiers du centre de loisirs, s’inscrit dans les classes moyennes et aisées.

Les infrastructures de proximité utilisées par le centre
Le théâtre du foz, cinéma arts et essais Lux, piscine grâce de dieu, gymnases, bibliothèques, parcs municipaux, musée de Caen

3 – Les espaces de loisirs

Les locaux
Ces locaux sont situés dans l’enceinte du groupe scolaire Lyautey dans le quartier de Vaucelles, ainsi l’accueil des enfants se fait dans des locaux adaptés qui se composent :

pour les petits 3-4 ans :

– d’un grande salle aménagée avec différents coins (lecture, jeux , dinette…)
– d’un espace sanitaire
– d’un réfectoire avec une salle pour les petits
– d’une salle de sieste
– d’un gymnase pour les petits et les grands + cour

pour les moyens 5-6ans :

– d’une salle préfabriquée
– d’un sanitaire
– d’une salle de réfectoire

pour les grands 7-12 ans :
– d’une salle préfabriquée + terrain de jeux + cour
– d’un sanitaire
– d’une salle dans réfectoire
– d’une salle d’activités dans l’école élémentaire + gymnase

4 – L’équipe d’encadrement, d’animation et le personnel d’entretien

L’équipe se compose :

Cette équipe varie suivant les différents temps d’accueil (vacances scolaires, mercredis).

5 – Les contrats liés aux partenaires

La fédération CEMEA :

Nous mettons en place des formations BAFA-BAFD-BPJEP

La mairie de CAEN :
Dans plusieurs domaine nous sommes en étroite collaboration avec la Mairie de Caen :
* Pour chaque école la municipalité nous prête des locaux afin d’organiser nos activités périscolaires et centre de loisirs (signature annuelle des conventions d’occupation des locaux)
* Subventions annuelles pour le centre de loisirs
* Participation financière en accueil périscolaire pour les enfants caennais.
* Prêt des terrains de sport en intérieur ou en extérieur selon les disponibilités.
* Organisation de stage sportifs
* Animation avec le château de Caen et le musée des Beaux Arts

La CAF du calvados :
L’association perçoit une prestation de service pour l’ensemble de nos activités (crèche, centre de loisirs et garderie périscolaire).

La DDCS du Calvados :
Le centre de loisirs ainsi que nos différentes garderies sont déclarés auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale. Une déclaration annuelle puis sur chaque période est réalisée afin de déclarer le personnel encadrant, les effectifs accueillis et les périodes d’ouverture des structures.
La DDCS s’assure du suivi des projets éducatif et pédagogiques par l’appréciation d’un écrit mais également par la visite d’un conseiller pédagogique directement sur place.

Le Conseil Départemental :
Nous sommes en relation avec le Conseil Départemental sur deux points différents :
* Par les aides financières que le Conseil Départemental alloué aux familles pendant la période des vacances d’été.
* Par les visites annuelles des médecin de PMI pour l’agrément de chacune de nos structures. Lors de cette visite le médecin apprécie l’organisation (projet pédagogique…), l’encadrement (renseignements concernant le personnel), les locaux (vérification des extincteurs, si les locaux sont adaptés à l’âge des enfants…), l’hygiène et la santé (vérification des fiches sanitaires des enfants, de la trousse à pharmacie…)

La Fédération des Œuvres Laïques :
L’association s’affile tous les ans à la Ligue pour ensuite pouvoir demander aux familles l’adhésion à notre association.
De plus nous participons parfois à des réunions d’information et d’échanges sur des sujets pédagogiques.
D’autre part la ligue nous prête du matériel pédagogique ou sportif de temps en temps.

III) LES OBJECTIFS EDUCATIFS ET PÉDAGOGIQUES

Les axes majeurs du projet éducatif

Les axes majeurs du projet éducatif du centre de loisirs s’inscrivent en lien avec le projet éducatif local de la ville de Caen contre l’inégalité et favoriser l’ouverture du monde et à la société.
Les objectifs :
– favoriser l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre ensemble
– accompagner l’enfant, le jeune dans la construction de son avenir
– développer une offre éducative de proximité adapté a tous.

Les intentions pédagogiques

– prendre en compte les besoins de sécurité affective et physique
– faciliter la socialisation des enfants
– faciliter l’implication des familles dans la vie du centre
– faire découvrir les ressources locales
– faciliter la communication ,l’organisation et l’implication de l’équipe d’animation.
– respecter les rythmes de l’enfant
– valoriser la vie en groupe et la convivialité

1 – Le rôle du directeur et de l’animateur

Rôle du directeur

Le directeur doit veiller au bon fonctionnement de l’accueil :

– Il est responsable de son équipe (direction, animation, personnel de service).
– Tout au long des périodes d’accueil et ainsi que lors des bilans, le directeur doit assumer les fonctions de coordinateur, d’organisateur, de gestionnaire afin de permettre à chacun des membres de l’équipe d’être partie intégrante du projet pédagogique.
– Il a un rôle administratif et financier (factures, règlements, suivi du budget, etc..).
– Il fait ressentir un climat de confiance et de respect envers les enfants, les parents et les animateurs.
– Il est soucieux de la sécurité physique et morale de tous les membres qui fréquentent l’accueil.
– Il doit informer les parents des différents changements ou sorties par l’intermédiaire d’affichage ou lors d’échange.
– Il veille au respect du matériel mis à disposition.
– Il est à l’écoute de son équipe, et est disponible pour les enfants et les parents tout au long des périodes d’accueil.
– Il met en œuvre un dispositif permettant à son équipe de s’approprier le projet éducatif de l’organisateur pour le décliner en projet pédagogique.
– Il doit impulser une dynamique et des évaluations régulières à son équipe pour atteindre les objectifs du projet pédagogique.
– Il doit être garant de la mise en place et de l’aboutissement des projets.
– Il a un rôle de formateur et de soutien pour les animateurs stagiaires.
– Il doit avoir une bonne relation avec les parents, les partenaires sociaux et l’organisateur.
– Le directeur doit recruter son équipe pour travailler dans de bonnes conditions.
– Le directeur doit être en capacité de s’auto évaluer.
Le directeur doit être un membre à part entière de l’équipe d’animation, ainsi qu’un soutien pour celle-ci. Son rôle n’est pas seulement de sanctionner mais d’accompagner son équipe. Il ne s’agit pas d’attendre la fin de la session pour soulever un problème et juger les animateurs, mais au contraire d’impulser une dynamique et des évaluations régulières pour atteindre les objectifs du projet pédagogique.

Rôle de l’animateur

– Participe à l’élaboration du projet pédagogique et assure sa mise en œuvre à travers les activités proposées.
– Doit travailler en équipe, se sentir responsable et faire preuve d’initiative dans l’intérêt des enfants.
– Doit proposer des activités ludiques et variées, adaptées au public, qu’il doit préparer en avance.
– Veiller à la sécurité morale et physique des participants.

Réunions

Elles sont de deux types :
– Réunions de préparation :
Elles servent à mettre en place le projet d’animation, programmer et préparer les activités ainsi que les aspects logistiques.
– Réunions de bilan :
Elles servent à analyser le travail : savoir si les objectifs sont atteints, identifier les axes de progrès et les difficultés. Enfin elles permettent de voir quelles sont les perspectives ainsi que les améliorations possibles

2 – Suivi et formation des stagiaires BAFA et BAFD

Evaluation animateurs stagiaires BAFA
Pendant son séjour, des grilles d’auto évaluations seront proposées régulièrement aux animateurs stagiaires. Cette grille comporte plusieurs domaines :

Vie quotidienne
Connaissance de l’enfant
Réglementation et sécurité
Gestion de groupe
Travail en équipe
Savoir / Savoir être / Savoir faire

Ces évaluations permettent à l’animateur de lister ses lacunes et ainsi mettre en application sur le terrain les consignes données par le directeur. C’est aussi un moment où l’animateur peut parler librement de ses problèmes ou lacunes afin qu’il puisse y remédier.

Evaluation animateurs BAFA
Pendant toute la période du séjour, des temps d’analyse et de réflexion seront effectués sur :

Le projet mis en place a-t-il été à son terme ?
Les enfants ont-ils participé au projet ? Si oui, dans quelle mesure ?
Questionnement sur la gestion de groupe
Quelles difficultés avez-vous rencontrez ? Comment les résoudre ?…

Tous ces temps de réflexion permettront de mieux analyser et donc de mieux interagir avec les enfants, les parents et nos différents partenaires afin que nous passions d’agréables vacances

3- La relation avec la famille

La communication
Les plannings d’activités, sont affichés sur un panneau d’affichage au centre de loisirs et diffusés sur le site
La préparation des activités
Des réunions de préparations sont programmées à l’avance
Les vacances
Le projet Pédagogique du centre de loisirs est établi sur l’année mercredis, petites et grandes vacances scolaires.
Le mini camp
Afin de permettre aux enfants de vivre un moment hors du cocon familial, le centre de loisirs organise chaque année un mini camp de 4 nuits et 5 jours. Des animateurs diplômés détachés de la structure, encadreront ce séjour. Ils participeront à L’organisation et gèreront la vie quotidienne

4 – Les projets d’animations

Les activités

Les activités proposées par l’équipe d’animation doivent permettre de répondre d’une part, aux objectifs éducatifs fixés. D’autre part, de tenir compte des réalités matérielles, humaines, financières et êtres adaptées aux envies et rythmes de l’enfant. Le centre de loisirs étant un lieu d’apprentissage et de découverte, le champ d’activités proposé pourra être très large et varié. Pour autant, il peut être intéressant de mettre à profit les compétences de l’équipe, ou des associations locales et autres professionnels au service du projet, et de mener un projet d’activités sur plusieurs séances.

L’activité n’est pas une fin en soi, il est important de bien comprendre que le sens de notre action se situe avant tout dans des préoccupations éducatives et relationnels. C’est pourquoi, l’activité proposée permettra de valoriser l’enfant. L’équipe d’animation disposera de fiches actions qui permettront de définir le but recherché et d’organiser de manière très précise l’activité en question.

L’activité doit tenir compte du rythme de l’enfant et être cohérente par rapport à la journée, ou à la semaine proposée. Il ne faut pas oublier que l’enfant est avant tout en vacances, et que le centre de loisirs, même s’il peut faire découvrir de nouvelles activités, doit tenir compte de ce que veut l’enfant, de son rythme et de ses capacités. Le programme d’activités sera réalisé en réunion d’équipe, et un programme sera diffusé aux parents. Les enfants seront bien évidemment associés à la réalisation de ce programme autant que faire se peut. Les animateurs organiseront des moments de discussion avec les enfants pour leur demander leur avis. Il y a donc des temps d’activités qui seront négociables et d’autres, pour des raisons techniques, de sécurité ou d’encadrement ne le seront pas.

Les activités doivent êtres pensées comme un moment qui va permettre à l’enfant de s’épanouir d’une manière ou d’une autre. Les enfants doivent donc y participer de manière volontaire et non contrainte. Il s’agira pour l’équipe d’animation de trouver les moyens d’accompagner les enfants dans la réalisation de l’activité, de l’aider à faire, de trouver les mots pour l’encourager à participer, mais sans jamais forcer.

En résumé : L’activité est un moyen de répondre aux objectifs éducatifs fixés. Elle doit être adaptée aux enfants en tenant compte de leurs capacités motrices, intellectuelles. L’activité peut-être préparée, improvisée, avec ou sans encadrement d’un adulte, mais elle doit être bénéfique aux enfants et se déroulée en toute sécurité. L’enfant a le droit de participer ou pas, dans la mesure ou cela est possible, et l’équipe doit toujours être disponible pour écouter, discuter, proposer une réponse

Les mini-camps et les séjours

Afin de permettre aux enfants de partir en vacances et de découvrir de nouveaux milieux, nous organisons des mini-camps et des séjours pendant les vacances d’été.

5 – Journée type – les rythmes de l’enfant

Les temps d‛accueil des vacances scolaires

Le matin, c‛est la séparation d‛avec les parents et la rencontre avec un nouveau lieu de vie. L‛accueil de 7 h 30 à 9 h et de 16 h 30 à 19 h est effectué par des animateurs qui partageront la journée de l‛enfant. Ils feront de ce temps un moment spécifique favorisant les relais entre la famille et l‛équipe d‛animation.

A son arrivée l‛enfant accompagné de ses parents, déposera ses vêtements et son doudou. Les parents ont un lieu d‛accueil qui leur est réservé. Ainsi un contact s‛établit entre les animateurs et les parents. Des sorties qu‛ils peuvent faire en famille dans la région sont également proposées. L‛équipe d‛animation aménage ainsi une période de transition préparant enfant et adulte à la séparation, puis favorisera par la suite un relais permanent autour de chaque moment d‛accueil (moment de séparation le matin et retrouvailles le soir) ce pour chaque enfant.

Les temps d‛accueil des mercredis depuis changement des rythmes scolaires

Organisation mise en place par l’équipe

Accueil à 7h30 avec une animatrice BAFD pour 14 enfants (6 enfants de – de 6 ans et 8 de + de 6 ans) et à partir de 11h00 deux autres animatrices prennent le relais pour l’accompagnement de la pause déjeuner qui a lieu à 11h45.
Une cinquantaine d’enfants arrivent des écoles du quartier, transportés avec les mini-bus de notre association, pour venir déjeuner dans notre centre entre 11h45 et 12h30.
Après le déjeuner, les enfants sont répartis par tranche d’âge avec un responsable du groupe et leur animateur : les petits partent à la sieste et les moyens-grands en temps calme et à 14h00 les grands commencent leurs activités ou sorties, les petits (3 à 5 ans) après leur sieste sont répartis sur les temps goûter, animation.

Privilégier les rythmes individuels de l‛enfant

L‛enfant a des rythmes physiologiques dont le respect contribue à la qualité de son développement. L‛équipe d‛animation a la volonté de respecter au mieux les rythmes de vie de chaque enfant et des groupes d‛enfants à travers les temps de vie quotidienne et les temps d‛activités.

Les temps de vie quotidienne

Le goûter du matin
A 9h00 quelques biscuits et boissons sont mis à disposition des enfants en accès libre jusqu‛à 9h30. Ainsi les enfants qui en ressentent le besoin pourront se servir une petite collation complémentaire au petit déjeuner pris à la maison. L‛équipe d‛animation sera présente pour veiller au bon déroulement de ce temps.

Le déjeuner
Le déjeuner est fourni par un prestataire de la région, les repas sont livrés en liaison froide et le personnel de cuisine les remet à température adéquate. Il est servi dans le restaurant scolaire se trouvant dans le centre de loisirs. Le repas débute à 11h45 environ pour les vacances scolaires et pour le mercredi repas échelonné entre 11h45 et 12h30.
Les animateurs sont installés à table avec les enfants. Ils les aident si besoin et le encouragent à essayer de faire seul. C’est un temps d’échange privilégié entre les enfants et les animateurs. Les enfants peuvent donc manger à leur rythme, en prenant des initiatives (se servir, goûter,…) et selon leur appétit.

La sieste
Le temps de repos en début d‛après-midi se déroule dans une salle spécifique pour les vacances scolaires, dans le calme et dans la pénombre et pour les mercredis deux salles, une pour les petits et une pour les moyens-grands avec levé échelonné. L‛enfant sera amené à se détendre grâce à une histoire ou à de la musique douce. Si nécessaire l‛adulte accompagnera l‛enfant de manière à le rassurer dans ce moment d‛intimité où l‛enfant peut se retrouver.
Après un temps de repos, l‛enfant qui le souhaite pourra se lever et regagner les salles d‛activités, ainsi les enfants ayant besoin de plus de repos pourront rester aussi longtemps qu‛ils le désirent.

Le goûter de l‛après midi
A partir de 16h00 les enfants qui le désirent sont invités à goûter. Selon le temps, la saison et l‛envie des enfants, ce temps sera aménagé dans différents lieux salle d‛accueil, extérieur.

Les temps d‛activités
L‛enfant aura le choix de faire une des activités proposées ou de jouer dans un espace de jeux libres.. Ainsi, l‛équipe d‛animation offre à l‛enfant la possibilité d‛être acteur de ses temps de loisirs. Aucune production spécifique ne leur sera exigée. Toute la journée, plusieurs activités sont proposées aux enfants et les espaces de jeux libres restent à leur disposition. L‛enfant pourra vaquer librement d‛un espace à l‛autre lorsqu‛il le désirera. L‛équipe d‛animation modulera les temps d‛activités selon l‛attention et l‛intérêt porté par les enfants. A tout moment il pourra donc abandonner l‛activité en cours sans pour autant la finir. Par l‛accueil privilégié de l‛enfant et de sa famille et l‛adaptation des rythmes, l‛équipe d‛animation a le souci d‛être attentif à chacun et au groupe qui évoluera dans un climat de confiance et profitera d‛autant plus des temps de loisirs qui leur sont proposés.

6 – Les règles de vie

Les règles de vie ont pour fonction d’établir un cadre en donnant des repères clairs aux enfants sur leurs droits et leurs devoirs. Ces règles sont travaillées chaque année avec les enfants. Elles sont affichées au centre pour servir d’appui et de référence, autant aux enfants qu’aux animateurs. En cas de non-respect, les animateurs doivent prendre le temps de rediscuter de ces règles avec les enfants. Ces règles sont également expliquées à chaque nouvel enfant qui arrive au centre.
En cas de non-respect du règlement, les animateurs discutent avec l’enfant pour définir de la sanction. La sanction doit être menée par le même adulte du début à la fin (par exemple, si un adulte sanctionne un enfant en lui demandant de l’aider à ranger la salle, c’est ce même adulte qui expliquera le pourquoi de la sanction, qui accompagnera l’enfant dans sa réalisation et qui lèvera la sanction). Si l’acte de l’enfant est jugé « grave » par l’équipe, il en sera référé aux parents. De même, si le comportement d’un enfant, malgré les explications ou les sanctions de l’équipe, venait à se répéter, une discussion avec les parents s’imposera.

Attention, l’enfant ne doit pas avoir peur des répercussions familiales lorsqu’il est en Centre de Loisirs. Dans l’idéal, les choses se règlent au sein de la structure, avec l’équipe d’animation. Les parents n’ont pas besoin d’être au courant de tout ce qui se passe au Centre de Loisirs. C’est à l’équipe de juger de la gravité des faits et si oui ou non, il est important que les parents soient au courant de ce qu’a fait l’enfant.

Etre pédagogue face à la sanction

Des principes :
– Tout acte perturbateur doit recevoir une réponse.
– Le Centre de Loisirs n’est pas le monde, il le représente. C’est un espace transitionnel qui organise le passage entre la maison et l’école, un lieu pour essayer, s’essayer, un lieu de simulation. Les enfants y ont droit à l’erreur par rapport aux apprentissages et de même par rapport à leurs difficultés de comportement.
– Toute sanction est à penser en tant qu’occasion d’éducation. Elle est là pour ouvrir un nouveau commencement.

Des fonctions :
– Une fonction éthique : la sanction vise à faire apparaitre un sujet responsable en lui attribuant la responsabilité de ses actes.
– Une fonction psychologique : La sanction signifie la limite, elle est un coup d’arrêt au fantasme de toute puissance de l’individu.
– Une fonction pédagogique : La sanction rappelle à l’enfant, de par sa forme et son contenu, le sens de sa présence au Centre de Loisirs. Il est là pour apprendre à vivre avec les autres, à partager.

Des préalables :
– La sanction doit être formulée par des adultes. Etre adulte, c’est ne plus avoir peur de ne plus être aimé. Un éducateur a besoin de consistance, d’être un adulte au sens philosophique du terme, une personne contre qui l’enfant peut s’appuyer, s’étayer, se confronter, quelqu’un qui peut soutenir le conflit.
– La sanction présuppose l’existence d’un cadre objectivé de règles connues et comprises des enfants. Le règlement intérieur qui définit les règles de vie préserve de l’arbitraire.

Des propriétés :
– La sanction s’adresse à un sujet et non à un groupe. Elle n’a pas pour objectif de servir à l’édification du groupe (même si elle peut servir d’exemple aux autres, elle n’a pas pour objectif de servir comme telle) et il convient donc de renoncer à une quelconque mise en scène spectaculaire de cette sanction. Cependant, la solennité garde toute sa place. C’est symboliquement seulement qu’il importe de donner à lire et à penser que c’est bien la loi qui a le dernier mot.
– La sanction doit être parlée, expliquée et autant que possible comprise (ce qui ne veut pas dire admise). C’est ce sens de la sanction qui est structurant même s’il n’est pas immédiat, même s’il advient bien souvent à retardement. L’éducation est une action qui se déploie dans le temps. Toute vengeance est un acte muet par excellence. La sanction ne cherche pas à venger mais à réinscrire l’autre dans l’existence d’une règle et donc à le réintégrer au sein d’un collectif.
– La sanction est une occasion de réapprendre les fondements de la morale : il y a moi et il y a l’autre. Ce qui est premier, ce n’est pas la loi mais l’existence et le respect de l’autre en tant qu’équivalent et en même temps différent de nous.
– La sanction répond à l’indignation d’un acte et non à l’indignation d’une personne. Par exemple, cet enfant s’est montré violent à un moment donné, dans telles circonstances et non cet enfant est violent.
– La sanction s’accompagne d’une procédure de réparation en décalage avec l’acte. La réparation n’a de sens que lorsque l’enfant ressent la nécessité de s’améliorer, accepte de se mettre en position de responsabilité par rapport à ses propres actes. Réparer autrui, c’est aussi se réparer soi-même.

7 – L’intégration d’enfants porteurs de handicaps

Nous accueillons sur le centre des enfants porteurs de handicaps. Il nous a donc paru primordial de réfléchir sur comment accueillir ces enfants dans les meilleures conditions possibles. Les objectifs de cet accueil sont :

– permettre aux enfants porteurs de handicaps de passer de bons moments avec les autres enfants. – répondre aux besoins physiologiques des enfants porteurs de handicaps afin de ne pas les mettre en insécurité.

– développer chez les autres enfants de l’AL le respect de la différence

Avant l’accueil :
Il est essentiel pour le directeur de pouvoir rencontrer l’enfant, ses parents, et au besoin son médecin ainsi que l’équipe éducative. Cette rencontre permettra de connaître l’enfant, son comportement, ses différents troubles, de présenter le handicap, mais aussi pour les parents de nous expliquer ce qu’ils attendent de cette intégration. Le directeur devra lui aussi expliquer le fonctionnement de l’accueil et mettre en confiance les parents et l’enfant qui arrive dans un univers encore inconnu. A la fin de cet entretien est établie une fiche de renseignements complémentaires (qui est confidentielle) ou pour certains un PAI (Protocole d’Accueil Individualisé). Bien sûr le directeur se doit d’informer et de sensibiliser l’équipe d’encadrement. Pendant l’accueil : Les animateurs ou l’animateur référent devra répondre aux besoins premiers de l’enfant (le changer, le nourrir si besoin…), l’accompagner dans les différents moments de la vie quotidienne, dans les temps d’activités et dans les relations au groupe. Il est important de discuter avec tous les enfants de l’accueil et surtout de répondre aux questions de chacun. Le but est que l’enfant porteur de handicap vive des temps de plaisir avec les autres enfants. Cela permettra aussi d’aborder la notion de la différence. Il est aussi important que l’équipe d’encadrement ne surprotège pas l’enfant porteur de handicap, afin que cela ne freine pas son évolution.

Après l’accueil :
Le retour quotidien fait aux parents est primordial. Il peut être fait comme pour les autres enfants à l’oral en fin de journée. Il s’agira de préciser les points positifs et les limites de l’accueil de l’enfant du point de vue des parents et de l’équipe pédagogique. Au besoin, à la fin du séjour de l’enfant ce bilan pourra se faire par écrit. Il est aussi important de discuter en équipe afin de connaître le vécu des animateurs sur la journée (les problèmes rencontrés, les points positifs, les pistes d’amélioration possibles).
L’équipe pédagogique devra se poser la question : l’intégration de l’enfant porteur de handicap est – elle réussie ?

8 – Les consignes de sécurité

Le directeur et son équipe sont garants du respect des règles établies au sein du centre. A l’extérieur, l’équipe veillera à respecter les consignes supplémentaires ( MNS, prestataire d’activité, code de la route…) pour garantir la sécurité des enfants et le respect des autres. Le cadre fixé doit permettre :

Aux enfants :

– De se sentir en sécurité.
– De comprendre les limites posées et apprendre à les respecter.
– De discuter avec l’adulte sur le respect ou non respect des règles, sur la loi.

A l’équipe d’encadrement :

– De travailler de manière cohérente par rapport au projet.
– D’adopter un discours commun face aux comportements rencontrés.
– D’affirmer notre rôle d’adulte référent, garant de la sécurité et de la loi.

La démarche à suivre en cas de non respect d’une règle :

– Chercher à savoir ou comprendre ce qui s’est passé.
– Discuter calmement avec l’enfant ou les enfants concernés un peu à l’écart du reste du groupe. ( la discussion avec l’enfant n’est pas un débat public).
– Mesurer la gravité de l’acte pour chercher une solution de réparation ou une sanction adaptée. ( la discussion avec un enfant est déjà un acte important de réparation)
– Déléguer au collègue ou au directeur la prise en charge de l’enfant si on ne se sent pas capable de le faire.
Ne pas faire ou dire :
– Crier fort, puis très fort, puis très très fort (vous allez vous fatiguer avant les enfants et cela ne servira à rien).
– Ne dîtes pas : fais ce que je dis, mais pas ce que je fais (vous devez vous mêmes respecter les règles !)
– Ne donnez pas une sanction disproportionnée par rapport à l’acte.
– N’annoncez pas une sanction à l’enfant qui ne sera pas tenue (mieux vaut ne rien dire du tout.)
– Ne pas brimer, dévaloriser, insulter ou humilier l’enfant. Ce n’est pas tolérable ! Il est normal que les enfants se confrontent aux règles et au cadre posé. Ils vont tester notre capacité à être crédible. La cohérence de l’équipe est essentielle pour que l’enfant trouve des repères fixes et sécurisants qui lui permettront de trouver sa place et de se sentir bien.

En résumé : Le respect du cadre et des règles est essentiel pour tous (enfants et adultes), nous nous construisons autour de valeurs ( le bien, le mal, l’interdit, l’autorisé, la loi, la morale…). Le projet pédagogique donne un cadre commun à l’équipe, et permet de trouver des réponses cohérentes et adaptées à la situation. Le cadre défini d’abord un espace de sécurité et de libertés pour tous.

La Pharmacie :

Chaque centre disposera de plusieurs trousses à pharmacie, composées de tous les éléments aux premières interventions de base (compresses, pansements, pinces à écharde, sérum physiologique…) pour pouvoir donner les premiers soins sur le centre mais aussi en sorties, certains animateurs ont comme formation A.F.P.S (Attestation de Formation au Premier Secours)
Le Cahier d’Infirmerie :
Tous les incidents seront répertoriés dans ce cahier prévu à cet effet et qui fera apparaître divers points :
– La date et l’heure de l’incident
– La nature de l’incident
– Le nom de l’enfant
– Le nom de l’animateur
– La nature des soins apportés
L’accueil des enfants ayant un P.P.S (Protocole Personnalisé Spécialisé) Ou un P.A.I (Protocole Accueil Individualisé)
L’accueil des enfants présentant des troubles de la santé ou des handicaps, devra faire l’objet d’une attention toute particulière.
L’ensemble de l’équipe devra prendre connaissance collectivement des protocoles d’intégration ou d’accueil individualisé et offrir des réponses adaptées aux attentes de ceux-ci :
– Connaissance du trouble, du handicap, allergies et autres traitements médicaux
– Capacité d’intervention (réactivité, soins, traitement, alerte) – Intégration de l’enfant à la collectivité
– Désignation de l’animateur référent
– Vigilance de toute l’équipe à tous les moments de la journée
– Respect et application du traitement médicale et des consignes à suivre…
– Connaissance du traitement d’urgence

conduite à tenir en cas d’accident

Le directeur en personne doit être mis au courant, le plus rapidement possible, de tous les problèmes (coups, blessures, agressivité…)
Le centre de loisirs et les enfants qui le fréquentent sont placés sous sa responsabilité permanente
Pour tout problème, les parents sont en droit de savoir ce qui s’est passé. Le directeur doit pouvoir répondre à toutes leurs interrogations concernant les raisons, les circonstances de l’accident ou de l’incident
Tout animateur est placé sous la responsabilité du directeur, il doit l’informer directement de tout problème
Quel que soit le soin donné à un enfant, un cahier d’infirmerie doit être rempli et signé par l’animateur. Le directeur doit en être averti
Sachez que si l’enfant a été conduit à l’hôpital par les pompiers ou si celui-ci a été gardé au moins une nuit à l’hôpital, pour la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, il s’agit d’un accident grave
En ce qui concerne les médicaments, nul ne peut administrer à un enfant un médicament sans l’autorisation parentale dûment remplie et signée et sans l’ordonnance du médecin

Les médicaments sont apportés au bureau, par les parents ou par l’enfant, et restent exclusivement sous le contrôle permanent de la direction

consignes pour les sorties au lac, piscine et canoë

Avant la baignade :
– Se présenter à l’accueil et annoncer le nombre d’enfants en remplissant préalablement la fiche de renseignements
– Se présenter au maître nageur : lui indiquer le nombre d’enfants et d’animateurs et lui demander les consignes qu’il souhaite voir appliquer, ainsi que les points stratégiques de surveillance
– Lui demander les clefs des vestiaires (pour filles et garçons)

Remarques : Obliger les enfants à regrouper le plus possible leurs affaires, repérer les objets de valeur et les mettre à l’abri des regards indiscrets, en profiter pour demander aux enfants de laisser leurs objets de valeur à la maison. Nous ne sommes pas responsables des pertes ou vols d’objets mais notre rôle est d’expliquer aux enfants qu’il est plus « intéressant » de s’amuser que de passer du temps à surveiller ses affaires

V – EVALUATION

L’évaluation est un moment important, car il permet de faire le point et de consolider, voire d’améliorer les choses. « Evaluer, c’est reconnaître et mesurer des effets ; une évaluation permet de mieux comprendre les raisons des difficultés rencontrées ou les facteurs de réussite et de capitaliser les acquis d’expérience »

Elle vise à apprécier :

– La pertinence de l’action : les objectifs sont-ils adaptés ?
– L’efficacité : les objectifs sont-ils atteints ?
– L’utilité : l’action a-t-elle un impact ?
– La cohérence : les différents éléments du projet vont-ils dans le même sens ?

L’évaluation se fait en 3 temps :

Avant l’action :
– Diagnostic
– Grille d’évaluation

Pendant l’action :
– Collecte des données
– Prise de recul sur les actions menées
– Réunion hebdomadaire

Après l’action :
– Bilan a chaque fin de période de vacances
– Bilan de fin d’année pour évaluer l’activité sur l’année et formuler des propositions pour l’année à venir